"

INCLUS  "L'AMOUR  PANSEMENT"

DÉMOCRATIE (version quatuor), extrait du "Choix des Chaises"

La chanson tient dans une contradiction.

Ephémère, provisoire, elle est une fraction de vie... A la fois, elle peut s'installer, et elle ne vous quittera plus.

Elle vous a accompagné un jour dans la plus petite enfance, et elle est là, toujours, dans le plus

grand âge, imprégnée en vous.

 

La chanson qui est avant tout un court-métrage.

On la débute comme on débute une rencontre. On ne sait pas qui vous parle, d’où il vous parle,

vers quoi il va, on prend l’histoire en route. Et on fait un petit bout de chemin ensemble. A travers

quelques mots, on entre dans son univers, on en perçoit certaines choses, on devine : la suggestion donne

toute sa liberté à l’auditeur. Et la rencontre s’achève à l’issue des trois minutes, chacun va poursuivre

sa vie, son chemin, continuer vers son propre horizon...

 

Il y a comme ça des rencontres-éclairs dans l’existence, qui dure l'espace d'un instant, mais qui vous

marque à vie.  C’est exactement ça, une chanson : l’instant éphémère qu’on ne pourra pas

oublier, une fraction d’éternité.

(Aubry).